Sommaire de droit de l'environnement au Mexique

Retour à la page « Sommaire du droit de l'environnement en Amérique du Nord »

chapitre:  1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25

7 Évaluation environnementale

 

Comparer le point 7 du Mexique avec celui du Canada  Vous êtes présentement en train d'analyser la documentation mexicaine  Comparer le point 7 du Mexique avec celui des &Eactue;tats-Unis



Haut de la page Haut de la page


7.2 Détermination de la portée de la procédure d'évaluation environnementale

 

Comparer le point 7.2 du Mexique avec celui du Canada  Vous êtes présentement en train d'analyser la documentation mexicaine  Comparer le point 7.2 du Mexique avec celui des États-Unis



La procédure d'évaluation des impacts environnementaux vise la protection de l'environnement et la conservation et la remise en état des écosystèmes, dans le but d'éviter ou de réduire au minimum les effets des activités humaines sur le milieu. Pendant la procédure d'évaluation, le Semarnat prend en compte l'intégralité des écosystèmes, et non seulement les ressources qu'on entend exploiter ou qui seront touchées. Pour atteindre cet objectif, et selon l'impact qu'une activité peut avoir sur les écosystèmes, l'équilibre écologique et la santé publique, ou selon qu'il y a dépassement des limites et conditions fixées dans la LGEEPA, trois types de documents peuvent être demandés durant le processus d'évaluation des impacts environnementaux : 1) un rapport préventif; 2) une déclaration d'impact environnemental; 3) une étude de risque, s'il s'agit d'activités très dangereuses.

Après avoir évalué les déclarations d'impact sur l'environnement, le Secrétariat peut :

De même, lorsque les travaux ou les activités sont susceptible de provoquer de graves dommages aux écosystèmes, le Semarnat peut exiger que le promoteur ou le responsable du projet contracte une assurance ou dépose des garanties visant à assurer le respect des conditions de l'autorisation.

Haut de la page Haut de la page


7.3 Contenu du document d'évaluation des impacts environnementaux

 

Comparer le point 7.3 du Mexique avec celui du Canada  Vous êtes présentement en train d'analyser la documentation mexicaine  Comparer le point 7.3 du Mexique avec celui des États-Unis



Processus général d'évaluation des impacts environnementaux. La LGEEPA et le Règlement sur l'évaluation des impacts environnementaux comprennent essentiellement trois types d'études environnementales : 1) le rapport préventif; 2) la déclaration d'impacts environnementaux, suivant un des deux types de déclaration admissibles (régionale ou particulière); 3) l'étude de risque dans le cas d'activités très dangereuses.

Dans les situations visées par l'article 31 de la LGEEPA, la procédure est mise en marche avec le dépôt d'un rapport préventif au Secrétariat.

Aux termes de l'article 30 du règlement, le rapport préventif doit contenir les éléments suivants :

Le rapport préventif doit être présenté sur une disquette accompagnée de trois copies papier. Le Semarnat doit fournir aux promoteurs les guides concernant la présentation de ce rapport.

Après analyse du rapport préventif, le Semarnat détermine, dans un délai de vingt jours, si le promoteur doit déposer une déclaration d'impacts environnementaux ou si le rapport préventif contient les renseignements suffisants. Le Secrétariat publie les rapports préventifs qu'il reçoit dans la Gaceta Ecológica et les met à la disposition du public à des fins de consultation. Lorsqu'il s'agit de rapports préventifs indiquant que les impacts environnementaux des travaux ou activités sont réglementés exclusivement par les NOM et que le délai de vingt jours s'écoule sans que le Semarnat n'ait émis d'avis, les travaux ou activités peuvent être réalisés suivant les termes du projet soumis par les promoteurs. Conformément à l'article 30 de la LGEEPA, les intéressés doivent présenter une déclaration d'impacts environnementaux au Semarnat si ce dernier l'estime nécessaire. La déclaration doit contenir au moins une description des effets possibles sur les écosystèmes susceptibles d'être touchées par les travaux ou l'activité projetés. Elle doit aussi tenir compte des écosystèmes pris dans leur ensemble, et, conformément à l'article 10 du Règlement sur l'évaluation des impacts environnementaux, la déclaration d'impacts pourra être présentée dans une version régionale ou particulière.

L'article 11 du Règlement sur l'évaluation des impacts environnementaux indique que les déclarations d'impacts sur l'environnement de type régional doivent être présentées dans les cas suivants :

La déclaration d'impacts environnementaux de type régional doit contenir les renseignements suivants :

Dans toutes les autres hypothèses non mentionnées à l'article 11, il faut présenter une déclaration d'impacts environnementaux suivant la formule particulière. Cette déclaration doit contenir des données générales sur le projet, le promoteur et le responsable de l'étude d'impact sur l'environnement, la description détaillée du projet, les liens entre le projet et les règles juridiques applicables en matière d'environnement et, s'il y a lieu, avec la réglementation sur l'utilisation des sols, ainsi que la description du système environnemental et la description de la problématique environnementale détectée dans l'aire d'influence du projet. Il faut aussi inclure l'identification, la description et l'évaluation des impacts environnementaux, les mesures de prévention et d'atténuation de ces impacts, les pronostics environnementaux (et, s'il y a lieu, l'évaluation de mesures de rechange) et le relevé des méthodes et des éléments techniques qui étayent les renseignements fournis.

Dans le cas d'activités très dangereuses, la déclaration doit comprendre une étude des risques. L'article 18 du Règlement sur l'évaluation des impacts environnementaux énonce que l'étude des risques consiste à incorporer à la déclaration d'impacts sur l'environnement les scénarios et les mesures préventives résultant de l'analyse des risques environnementaux reliés au projet, la description des zones de protections autour des installations et la mention des mesures de sécurité en matière environnementale.

Lorsqu'il évalue les déclarations d'impacts environnementaux, le Secrétariat doit considérer : les effets possibles des travaux ou activités projetés dans le ou les écosystèmes touchés, en prenant en compte l'ensemble des éléments qui les composent, et non uniquement les ressources qui sont visées par l'utilisation ou l'affectation; l'utilisation des ressources naturelles d'une manière qui respecte l'intégrité fonctionnelle et les capacités de charge des écosystèmes dont font partie ces ressources pour des périodes indéfinies; les mesures de prévention et d'atténuation et les autres mesures qui peuvent être proposées spontanément par le demandeur, pour éviter ou réduire au minimum les effets néfastes sur l'environnement.

Le Secrétariat doit rendre une décision soixante jours après le dépôt de la déclaration d'impacts. Le délai pourra exceptionnellement être prolongé de soixante jours.

Haut de la page Haut de la page


7.4 Surveillance du processus décisionnel et suivi

 

Comparer le point 7.4 du Mexique avec celui du Canada  Vous êtes présentement en train d'analyser la documentation mexicaine  Comparer le point 7.4 du Mexique avec celui des États-Unis



Lorsque le Secrétariat autorise une déclaration d'impacts environnementaux, il dispose de plusieurs mécanismes pour veiller au respect des conditions énoncées pour la réalisation des travaux ou de l'activité projetés. Le Profepa se charge des inspections et surveille l'observation des conditions énoncées dans l'autorisation; ce faisant, il peut imposer les mesures de sécurité et les sanctions indiquées. Le Secrétariat peut exiger que les responsables concernés présentent des renseignements et des documents relatifs au respect des conditions assortissant l'autorisation. Le Profepa vérifie le respect de ces conditions de trois façons : par le biais des plaintes de citoyens formulées dans le cadre de consultations publiques, par notification du Semarnat concernant le non-respect des conditions stipulées dans la déclaration, par les inspections et vérifications effectuées par ses propres agents.

Le Secrétariat peut effectuer des vérifications et des inspections pour assurer le respect des décisions et des avis relatifs aux impacts environnementaux. En ce qui a trait à l'exploitation forestière, les agents appliquent les sanctions prévues par la Ley Forestal en cas de non-respect des restrictions fixées par le Secrétariat.

Surveillance de la part des citoyens et révision par le Semarnat. Conformément à l'article 37 du Règlement sur l'évaluation des impacts environnementaux, le Semarnat publie chaque semaine dans la Gaceta Ecológica une liste des demandes d'autorisation, des rapports préventifs et des déclarations d'impacts sur l'environnement qu'il reçoit. Une fois constitués, les dossiers d'évaluation des déclarations d'impacts environnementaux sont à la disposition de quiconque souhaite les consulter.

Haut de la page Haut de la page


7.5 Participation du public

 

Comparer le point 7.5 du Mexique avec celui du Canada  Vous êtes présentement en train d'analyser la documentation mexicaine  Comparer le point 7.5 du Mexique avec celui des États-Unis



La LGEEPA et le Règlement sur l'évaluation des impacts environnementaux prévoient la participation publique au processus d'évaluation des impacts environnementaux. Les rapports préventifs sont publiés dans la Gaceta Ecológica après avoir été déposés auprès du Semarnat.

Il suffit qu'une personne de la collectivité concernée demande la tenue d'une consultation publique en rapport avec l'évaluation des impacts environnementaux d'un ouvrage ou d'une activité pour que cette consultation soit organisée. Une telle demande doit être présentée par écrit dans un délai de dix jours suivant la publication des listes de déclarations d'impacts sur l'environnement. L'article 41 du Règlement prévoit que le Secrétariat dispose d'un délai de cinq jours suivant la réception de la demande pour aviser l'intéressé de sa décision de tenir ou non une consultation publique. Lorsque le Secrétariat décide d'organiser une consultation publique, il doit se plier aux exigences suivantes :

Le lendemain du jour où il décide d'organiser une consultation publique, le Semarnat en avise le promoteur, lequel devra publier dans les cinq jours suivants un sommaire des travaux ou de l'activité dans un périodique à grand tirage dans l'entité fédérative où il entend réaliser son projet. Ce sommaire doit comprendre notamment : le nom de la personne physique ou morale responsable du projet; une brève description des travaux ou de l'activité projetée, assortie d'une description de ses éléments constitutifs; le lieu où la réalisation des travaux ou de l'activité est envisagée. Dans les dix jours suivant la publication du sommaire, tout citoyen de la collectivité concernée peut demander au Secrétariat qu'il mette à la disposition du public la déclaration d'impacts environnementaux dans l'entité fédérative concernée. Dans les vingt jours suivant la mise à disposition de la déclaration en question, toute personne intéressée peut proposer par écrit des mesures supplémentaires de prévention et d'atténuation et formuler tout autre type d'observations. Le Secrétariat verse ensuite au dossier les observations et recommandations du public, ainsi que les résultats de leur mise en œuvre.

Durant le processus de consultation publique, le Secrétariat pourra organiser, de concert avec les autorités locales, une réunion publique d'information dans le cas de travaux ou d'activités qui peuvent provoquer des déséquilibres écologiques graves ou des préjudices à la santé publique ou aux écosystèmes. Cependant, la totalité du dossier ne sera pas nécessairement mise à la disposition du public pour consultation. La LGEEPA et son règlement permettent aux promoteurs de ne pas divulguer des informations pouvant avoir des conséquences sur les droits de propriété industrielle et les secrets commerciaux. Pour sa part, le Semarnat peut exiger que les intéressés justifient les motifs qui les incitent à vouloir conserver certains renseignements confidentiels.

S'il est certain que cet instrument a permis d'atténuer les effets environnementaux de nombreux travaux et activités qui, auparavant, étaient réalisés sans contrôle effectif, il faut reconnaître que la Loi, dans sa version actuelle, présente certaines déficiences, notamment la concentration d'un grand nombre de pouvoirs décisionnels entre les mains du gouvernement fédéral, l'ambiguïté dans l'établissement du type de travaux ou d'activités visé par cette loi, de même que l'absence de procédures administratives claires et de mécanismes de participation sociale qui confèrent transparence et certitude aux processus décisionnels.

Haut de la page Haut de la page






 
2003